95% des Français ont un niveau d’activité physique insuffisant
Oct 7, 2022
Catégories : Blog
Formapi activité physique 
95% des Français ont un niveau d'activité physique insuffisant

Dans un avis publié le 15 février, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) met en garde contre le manque d’activité physique et de sédentarité des français.

Selon elle, 95% de la population française serait « exposée à un risque de détérioration de la santé par manque d’activité physique ou d’un temps trop long passé assis ».

L’Anses estime même que 38% des adultes se trouvent en position de « sédentarité » assise ou couchée passive plus de huit heures par jour.

Pour les Français les moins actifs, cela augmente le risque de mortalité de 40%.

Pour parvenir à ce constat, l’Agence nationale de sécurité sanitaire s’est basée sur deux de ses études réalisées en février 2016 et juin 2017 qui lui ont permis d’évaluer les risques liés aux niveaux d’activité physique et de sédentarité des adultes de 18 à 64 ans, hors femmes enceintes et ménopausées.

les femmes plus exposées

Résultat ? Seulement 5% des adultes atteignent un niveau d’activité physique suffisant pour être en bonne santé !

Dans le détail, ce sont les femmes qui sont les plus exposées à un manque d’activité physique puisque 70 % d’entre elles sont en deçà du seuil contre 42 % des hommes.

Selon les experts, il y a trois seuils d’activité physique pour éviter les effets négatifs de la sédentarité:

  • Seuil 1: 30 minutes de sollicitation cardiorespiratoire au moins 5 jours par semaine;
  • Seuil 2: « Travail musculaire en résistance » (exercices de musculation) 1 à 2 fois par semaine;
  • Seuil 3: Assouplissement 2 à 3 fois par semaine.

Ainsi, près de 68% des adultes sont en dessous du premier seuil, 37% en dessous du seuil 2 et 70% en dessous du seuil 3, selon les données de l’Anses. Et 70% des femmes n’atteignent aucun seuil.

Par ailleurs, toujours selon cette étude, plus le niveau d’études est élevé, plus les durées quotidiennes de sollicitation cardiorespiratoire et les exercices de musculation liés à des activités domestiques sont faibles.

Ce manque d’activité physique est plus important chez les urbains, et notamment en région Île-de-France.

le travail souvent à l’origine de la sédentarité

Le niveau d’exposition à la sédentarité est de 7 heures en moyenne par jour chez les Français. Le seuil de danger est identifié à 8 heures, sachant que 38% des adultes sont au-dessus de ces 8 heures. Parmi les facteurs augmentant la sédentarité: la présence prolongée devant la télévision. 16% des adultes passent ainsi plus de cinq heures par jour devant l’écran de télévision.

Les experts soulignent que le temps de sédentarité est souvent le résultat d’une activité professionnelle, mais peut aussi s’expliquer par les loisirs.

Ces données sont particulièrement inquiétantes compte tenu des risques liés au manque d’activité physique. L’Anses évoque une augmentation de la mortalité, quelle que soit la cause: cancers, maladies cardio-vasculaires, maladies cardiaques ou encore diabète.

L’étude estime ainsi que les 27% d’adultes les moins actifs ont un risque de mortalité, toutes causes confondues, accru de 40% par rapport au reste de la population. Quant aux 16% des Français qui passent plus de 5 heures par jour devant la télévision, ils présentent un risque de décès d’origine cardio-vasculaire augmenté de 45%.

une préoccupation majeure de santé publique

L’insuffisance d’activité physique et la sédentarité ne sont pas sans risque pour la santé. L’OMS considère même le manque d’activité physique comme étant le quatrième facteur de risque de mortalité prématuré dans le monde.

Alors que la majorité de la population française est concernée par des modes de vie inactifs et sédentaires, l’ANSES insiste sur le faire que « la réduction de ces expositions doit constituer sans délai et dans la durée une priorité de santé publique ». Bien qu’elle rappelle que l’initiative personnelle occupe une place importante, elle explique qu’une « meilleure prise en compte de la pratique sportive dans les politiques publiques est absolument essentielle pour prévenir les risques sanitaires ».

les préconisations de l’ANSEs

L’ANSES rappelle enfin que pour être en bonne santé, il est recommandé de :

  • pratiquer 30 minutes, 5 fois par semaine, une activité cardiorespiratoire (monter des escaliers, faire du vélo, courir…),
  • effectuer du renforcement musculaire 1 à 2 fois par semaine comme,
  • réaliser des exercices d’assouplissement 2 à 3 fois par semaine.

Vous pourriez aussi aimer :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.