Portrait : Emma FAURE

Fév 24, 2021 | Actualités | 0 commentaires

Le goût des autres

Capitaine de l’entente AJ Auxerre/Stade Auxerrois côté pile, Emma Faure est également apprentie au sein de FORMAPI Auxerre côté face. A 24 ans, elle mixe à la fois carrière professionnelle et formation professionnelle. Rencontre…

De son Gard natal, il lui reste cet accent chantant et ce côté ouvert tellement typique des gens du Sud. A 24 ans, Emma Faure a déjà beaucoup bougé au cours de sa carrière footballistique. Formée à Nîmes où elle a découvert la D1 féminine à 18 ans, passée par la D1 Suisse au Servette de Genève (3 ans) et les Young Boys de Berne (1 an), la voici désormais installée arrière centrale et déjà capitaine au sein de l’Entente AJ Auxerre/Stade Auxerrois. Certes en Régionale 1, loin de ses standards habituels, mais avec un projet club qui l’a emballée.

L’AJA, ce mythe

«J’ai vraiment été attirée par ce challenge, confie-t-elle. Vous savez, l’AJ Auxerre, ça reste une référence, un club historique, mythique du foot français. Guy Roux, le passé du club, cela reste ancré…. L’objectif est clair: monter en D2 très vite avec un groupe jeune mais talentueux et ambitieux. L’Entente a décidé de se renforcer à l’intersaison dernière pour y parvenir: cinq, six recrues dont moi. Je sais pourquoi je suis là. Personnellement, je marche au challenge et à l’ambition. Je ne me cache pas»

L’ancienne pensionnaire des équipes de France jeunes souffre néanmoins du manque de compétition, contexte sanitaire oblige. «Je le vis très mal, confesse Emma. On s’entraîne, certes, et heureusement qu’on a ça. Néanmoins, les matches me manquent.

C’est difficile, même si le groupe vit bien. Mais quand on est hyper compétitrice comme je le suis, il y a un manque énorme».

Pour Babeth…

Dotée d’une vraie capacité d’adaptation, Emma découvre aussi un nouveau monde. Concilier formation professionnelle et carrière sportive. « Je découvre l’aternance au sein de  Auxerre où je passe un BP JEPS ASC. En Suisse, je ne vivais que du foot, alors se remettre dans une formation en alternance (ndlr: l’Entente étant son employeur), il y a eu pas mal de choses à gérer question organisation, la FOAD…Mais là encore, je l’ai pris comme un challenge, c’est très enrichissant et ça se passe vraiment très bien à FORMAPI Auxerre. »

La suite, Emma la dessine déjà : aller le plus haut possible avec son club, passer le BP JEPS APT l’an prochain pour, un jour, travailler avec des enfants handicapés. « J’ai envie d’être utile, d’aider les gens, c’est en moi. » Cet altruisme, elle le démontre déjà depuis de nombreuses années. Elle qui vit et s’occupe de sa grand-mère Babeth,
âgée de 76 ans : « Vous savez, elle est très malade. Je n’ai pas voulu qu’elle aille en EHPAD, alors je l’ai prise avec moi quand je suis partie en Suisse….et désormais à Auxerre. On vit ensemble, elle est tout pour moi. Il était hors de
question de la laisser comme ça, dans un établissement. » Au-delà de l’accent chantant, les gens du Sud ont aussi du cœur et du soleil à revendre.

Emma et sa grand-mère Babeth

Emma porte le brassard de capitaine de l’entente AJ Auxerre/Stade Auxerrois